La pensée positive : pourquoi cela nous demande un effort

Article de Léna Aka

 

Vous l'avez certainement remarqué, nous retenons plus facilement les critiques que les compliments, les mauvaises nouvelles que les bonnes ou encore les défauts que les qualités d'une personne.

 

Selon les neuropsychologues, notre cerveau est conçu pour détecter le négatif.

Il s'agit du "biais de négativité", qui a pour effet de retenir de façon plus intense les expériences négatives dans notre mémoire et nous permettre de les prendre en compte dans notre raisonnement pour éviter les dangers et survivre. La peur est un mécanisme utile à la survie de l'espèce et selon Darwin, les êtres vivants qui se souviennent des mauvaises expériences ont de meilleures chances d'échapper à la mort.

 

 

Les chaînes d'information continue en ont fait leur gagne pain, en diffusant en boucle les nouvelles les plus angoissantes et c'est sans surprise que les faits divers les plus sordides sont relayés avec succès sur les réseaux sociaux. Les événements positifs font du bien, mais ils sont vite oubliés. Il a été également démontré que nous apprenons plus vite de la douleur que du plaisir, les phénomènes négatifs ayant plus d'impact.

 

Notre cerveau serait donc plus programmé pour la survie et la reproduction que pour le bonheur.

 

Mais attention, si le biais de négativité nous veut du bien, ses conséquences peuvent être dommageables comme les tendances à ne pas oser par peur du risque, à avoir des préjugés, à discriminer, à suivre des superstitions ou encore à développer des troubles de stress post-traumatique.

Eviter les dangers, c'est bien mais voir la vie en noir, s'inquiéter de tout et se méfier de tous est épuisant.

 

C'est donc de façon consciente et avec des petits efforts quotidiens que vous pourrez doper vos hormones du bien-être (sérotonine, endorphine, dopamine, ocytocine etc) et mettre le focus sur les idées et expériences positives.

Voici comment :

  • Quand quelque chose de bien vous arrive, arrêtez-vous quelques secondes et profitez de ce que vous ressentez à ce moment précis au maximum pour que votre mémoire l'imprime.
  • Fêtez les victoires, même les petites, pour marquer le coup.
  • Déconnectez-vous, faites une pause des informations négatives pour vous concentrer sur des activités agréables (lire, faire du sport, se détendre, passer des bons moments etc).
  • Stimuler votre cerveau et votre bonne humeur en faisant quelque chose de nouveau (effet Coolidge).
  • Prenez de la distance par rapport aux situations et mettez l'accent sur leurs aspects positifs.
  • Méditez, respirez et redirigez de façon consciente vos pensées vers des bons souvenirs et des sensations agréables.

 Ce qui compte, c'est la régularité et penser positivement ne sera bientôt plus un effort!

 

"Une personne optimiste ne refuse pas de voir le côté négatif des choses, elle refuse de s'attarder dessus."

Alexander Lockhart